LA MUSIQUE ET LA DANSE

Ma première expérience (révélatrice), a eu lieu il y a 10 ans, c'était lors d'un cours avec Antoine Joly et Anïurka Balanzo, professeurs de salsa cubaine.

Lorsqu'ils nous demandaient d'entendre la musique de comprendre l'importance de la mélodie, de respecter le temps 1, le 5; qu'il existe une différence dans la musique salsa.

"Le rock c'est facile, il y a la batterie qui rythme la musique, mais la salsa c'est différent.", disait Antoine.

Nous étions dans un groupe débutant, et nous ne connaissions peu sur la salsa et ils nous parlaient de musique.

Nous étions pour la plupart des spécialistes dans une danse en particulier, donc nous avions un background et nous maîtrisions notre corps, ils avaient raison. Il nous fallait apprendre à écouter la musique pour danser, que nous soyons débutant ou pas.

Par la suite, je me suis rendu compte que ce qu'ils voulaient dire n'étaient pas de comprendre la musique mais de l'écouter, se laisser porter par la mélodie.

L'approche à cet époque était incompréhensible, nous étions trop focalisés au début à vouloir faire comme eux des passes pour impressionner, même s'ils répétaient que: "les vrais grands danseurs ne font que les pas de bases, mais ils sont tellement justes que c'est magnifique".

 

Ma deuxième expérience, ou plutôt la première (mais comme chacun le sait quand le professeur dit quelque chose d'important, on ne prête pas assez souvent l'oreille et ce n'est qu'après qu'on le conçoit): le tango argentin.

Carmen Aguiar, professeur de tango argentin à Paris depuis les années 80 avec son défunt mari Victor Convalia,  nous disaient qu'il existait une différence entre danser sur du Osvaldo Plugiese, Juan d'Arienzo et Carlos Di Sarli. (chefs d'orchestre et compositeurs de tango argentin)

"On ne danse pas le tango sur ces 3 maestros de la même façon.", disait Carmen.

Nous avions appris pendant des années des pas de danses, et tout d'un coup on nous dit que nous devons danser différemment. Allez comprendre ?!

Ce qu'elle voulait dire, c'est que l'intention est différente car justement la musique est différente.

Voilà une notion nouvelle, déjà de comprendre le tango argentin est assez difficile car dans la musique il n'y a pas de repère comme pour les autres musiques.

Dans le tango, tout est une question d'interprétation de la musique et de dialogue avec sa partenaire.

Maintenant, il nous faut rajouter une nouvelle dimension: la respiration!

Il fallait qu'à travers notre respiration, nous ressentions les vibrations de la musique.

 

Le problème est que nous avions appris le pas de base sur 8 temps et notre corps a enregistré les mouvements.

Lorsque nous apprenons des mouvements, il est dit que le corps apprend de lui même.

Durant ma formation de massage, j'ai appris à connaître l'anatomie du corps humain, ses muscles, comment le corps de tout à chacun se différencie et pourquoi.

La complexité du corps humain est fascinante.

On reconnaît assez facilement de par la corpulence de la personne, celles qui font de la danse classique, de la gymnastique, de l'équitation, de la natation, etc...

Ils ont tous un point commun, leur musculature.

Les personnes à force de faire les mêmes mouvements tous les jours développent leur musculature en fonction.

La plupart des personnes croient que c'est parce que l'on décide de bouger son bras qu'il se soulève tout seul. Hors c'est faux, c'est le fait de l'avoir fait plusieurs fois que le corps a enregistré le mouvement.

Le cerveau, pour bouger un muscle, met en oeuvre un programme qui active des millions de neurones, bouge des groupes de muscles, et paramètre tout le système nerveux.

Et ce sont ces programmes que nous utilisons aussi pour danser.

Regarder comme exemple un bébé: il ne comprend pas linguistiquement ce que vous dites, mais le sens de vos paroles.

Quand vous lui dites de marcher, de se mettre debout, il le fait par mimétisme.

La première fois est difficile, il tient 2 secondes, et il réessaye encore et encore et au bout de quelque temps, il marche!

Pour réussir la synchronisation de son corps et arriver à la position debout et la marche, il a dû concevoir son programme de debout et de marche.

Un ami me disait: "il parait que je réfléchis trop quand je danse, et il faut que je laisse mon corps aller sans trop penser avant à ce que je vais faire.". Oui tout à fait d'accord, à condition de faire les mouvements justes.

Par chance qui dit programme, dit aussi que l'on peut reprogrammer. Donc même si, on apprend un mouvement faux, on peut le corriger.

Mais le problème de l'homme aujourd'hui c'est le temps. La programmation prend du temps, la reprogrammation beaucoup plus.

Je le vois comme exemple dans le cours pendant le "Dile que no", passe de salsa cubaine.

En rueda de casino, montrer que dans le "Dile que no" au temps 4, les filles bougent leur "popotin" (copyright Aniurka) plutôt que le pied gauche qui rejoint l'autre, ne suffit pas.

Une fois ça marche et les fois suivantes, le naturel revient au galop!

 

Alors, cher lecteur, me direz-vous: "Que faire ?"

 

Continuons avec une autre expérience: l'apprentissage de la Capoeira.

Ayant fait du Karaté, du Jutjitsu, j'ai toujours eu envie de continuer les sports de combat.

Hors là, la capoeira est différente dans le sens que les mouvement sont rythmés par la musique et qu'il y a aussi des acrobaties.

Une chose est assez surprenante quand on vient de la danse et des sports de combats traditionnels, est que dans la capoeira (qui est à l'origine de la colonisation de l'amérique latine, un sport de combat déguisé dans une danse) 

il faut apprendre le combat, les esquives, les attaques, la malice, connaître son adversaire et jouer avec et en plus écouter la musique, faire les pas sur la musique, jouer des instruments, taper des mains, chanter et apprendre le portugais!

Tout cela en une "roda" (une ronde de danse)!

Imaginez-vous, savoir jouer des instruments de musiques et en plus combattre. C'est la richesse de la capoeira.

Dans l'esprit collectif, on considère que la capoeira ce n'est que des positions de combats brésiliens, et bien non.

Est-ce que les instruments et le chant sont enseignés dès le niveau débutant ?

La réponse est oui, et là cela change tout. Quelqu'un qui sait jouer, bouger son corps et chanter, vibre avec la capoeira et respire la capoeira. Il acquière de solides bases pour progresser rapidement.

La personne qui considére qu'elle fera cela plus tard, une fois que le salto acrobatique maîtrisé, mettra beaucoup de temps à comprendre, à aimer la capoeira.

Je me rappelle dans un groupe de capoeira, que les avancés aimaient à montrer qu'ils savaient faire des figures acrobatiques, mais quand il s'agissait de danser sur du São Bento (une musique plus traditionnelle, plus lente, dit aussi angolaise), les personnes n'arrivaient pas à suivre le rythme c'était tellement lent que leur corps ne se synchronisaient pas. Au final, pas habitués, la capoeira ne sera pour eux qu'un sport loisir détente.

Cette constatation est valable pour toutes les danses. La distinction entre activité loisir détente ou passion.

Mais ne peut-on concilier les deux aspects? Faire que l'activité loisir devienne une vraie passion et non un passe-temps ?

 

Moi je dis que, oui. Tout est une question de méthode.

Prenez cet exemple: à l'école, on nous apprend à faire des multiplications en mettant les chiffres en dessous de l'autre et de faire la multiplication des chiffres et après une addition, et qu'en fait en tirant des traits des 2 nombres et en les reliant, on trouve le même résultat mais beaucoup plus vite.

L'apprentissage des 2 méthodes, c'est du temps de gagner pour faire autre chose.

Certains musiciens disent qu'ils ne dansent pas car ils sont musiciens. En réalité, ils veulent dire qu'ils n'ont appris qu'à jouer de la musique et qu'ils n'ont pas encore appris à danser.

 

C'est pourquoi je milite pour que l'apprentissage de la danse se fasse avec la musique. C'est pour cela que j'enseigne la musique et les pas à mes élèves débutants.

Je sais qu'au bout d'un an, leur corps(muscles et nerfs sensoriels) auront assimilé toutes les infos automatiquement plutôt que de corriger les défauts après. 

Quand je vois des vidéos d'apprentissage de prof de danse qui ne dansent pas sur les temps de la musique, je me dis que ceci va être enseigné à des milliers de personnes.

Je me dis aussi qu'il va y avoir des gens qui ont perdu leur temps. Des personnes dans un camp vont dire que c'est comme cela que l'on danse, et d'autres personnes dans l'autre camps.

Et cela se vérifie si vous regardez une piste de danse, les personnes ne sont pas sur le même pied alors que c'est la même musique, même si cela fait plus de 5 ans qu'ils pratiquent la danse.

Du coup, la danse qui se voulait universelle, devient hétérogène.

Après tout pourquoi pas, danser sur le 5 au lieu du 1, le 2 au lieu du 1, etc... et ne pas être en phase avec la mélodie.

Cela permet de créer un nouveau style à l'image du Tango Argentin Nuevo, qui a été crée parce qu'une personne n'arrivait pas à garder la posture stricte du tango argentin.

 

La salsa a cette particularité d'englober tous les styles: cubaine, casino, portoricaine, colombienne, cumbia, rumba, son, danse de salon, etc...

Une personne qui dit moi je danse la salsa, ne veut finalement rien dire.

On le constate bien si on se focalise sur la salsa portoricaine : on 2, on 1, LA style, NY style....

Mon expérience au Japon, pays où ils dansent beaucoup sur le 2 LA style, m'a démontré que si la personne n'a pas appris les différences entre les styles, cela sera compliqué de danser.

Et pourtant, les personnes qui dansent sur le 2 dansent réellement sur les instruments.

Ceux qui dansent sur le 1, ne posent leur pied la plupart du temps que dans un silence, mais eux dansent sur la mélodie.

 

La danse permet un éventail de créativité. Encore faut-il savoirdans quel domaine nous nous situions.

Lorsque l'on apprend une langue, on apprend le son, puis les mots, puis les phrases, puis les thèses, proverbes, etc... Et quand on s'adresse à quelqu'un, on essaie de parler la même langue que la personne.

Donc, je vous encourage chers lecteurs à apprendre, comme vous l'avez fait avec la parole, l'essence du langage de la danse: la musique, c'est à dire les sons des différents instruments, la mélodie et en même temps le mouvement.

 

TY Academy Dance